Aspects juridiques Quelques mots sur l’adoption Dons d’ovocytes
Questions/Réponses L'Équipe médicale et biologique Lexique Adresses utiles


 
 
 

LES EXPLORATIONS DE SECONDE INTENTION

Des explorations de seconde intention sont nécessaires :
 
  • en cas d'anomalie des examens déjà réalisés et notamment, lorsqu'un problème utérin ou tubaire est suspecté;
  • ils sont discutés en l'absence de grossesse, qu'il y ait, ou pas, traitement.
  •    
     

    Le prélèvement cervico-vaginal

  • Étude du pH
  • Recherche de Chlamydiae, mycoplasmes...
  •    
     

    L'hystéroscopie

  • Réalisée en ambulatoire, après vérification de l'absence d'infection cervicale, elle permet l'exploration endoscopique de la cavité utérine
  • Elle se pratique en première partie de cycle

      Fibrome Examen normal


    Endometrite Syneche Polype glandulaire
  •    
     

    La coelioscopie

  • Elle représente l'examen clé du bilan anatomique pelvien
  • A été longtemps considérée comme indispensable dans l'exploration d'une infertilité
  • Permet l'examen : de l'utérus, des annexes
  • Visualise la perméabilité tubaire par l'injection de bleu de méthylène
  • Recherche la présence d'adhérences ou d'endométriose


  • La place de la coelioscopie doit être aujourd'hui reconsidérée pour de multiples raisons :
  • Indication de FIV dans les stérilités tubaires
  • Autres moyens d'investigation pour le diagnostic de certaines pathologies : IRM pour l'endométriose
  • lorsque l'hystérographie est normale, et en l'absence d'antécédents chirurgicaux, la probabilité de découvrir des adhérences péri-tubaires ou une endométriose est faible
  • les risques de la coelioscopie ne peuvent pas être méconnus : problème médico-légal d'indication de coelioscopie lorsque tous les bilans sont normaux
  • Evolution des indications thérapeutiques : de plus en plus d'auteurs recommandent dans les infertilités dites idiopathiques, en cas d'HCG normales et de sérologie Chlamydiae négative, le recours aux inductions d'ovulation associées au IAC, et en cas d'échec, à la FIV, sans pratiquer de coelioscopie préalable.

    On notera néanmoins :
  • en cas d'hystérographie normale, et même en l'absence d'antécédents chirurgicaux, la coelioscopie permet de retrouver entre 5 et 8 % d'anomalies pelviennes (adhérences péri-tubo-ovariennes, endométriose…)
  • en cas de sérologie Chlamydiae inférieure à 1/64, on retrouve dans 7 % des cas des séquelles inflammatoires ou cicatricielles au niveau tubaire ou péri-tubaire.
  •    
     

    La fertiloscopie

    Le recours à la fertiloscopie peut être une alternative intéressante, devant être, pour certains, privilégiée.
    La fertiloscopie permet de remplacer la coelioscopie dans l'évaluation scopique du pelvis.
    Accueil
    Imprimer
    Haut de page
    Contact
    Mentions légales