« De la considération des obstacles vient l'échec. De la considération des moyens vient la réussite »
Pancha TANTRA

[Extrait de l'article paru en janvier 2005 dans Gyn.Obs - n° 486]

Le don d'ovocytes fait partie des techniques d'Assistance Médicale à la Procréation (AMP).

En France, les recommandations du Comité consultatif national d'éthique en ont encadré l'exercice puis les lois Bioéthiques du 29 juillet 1994 l'ont légalisée.

L'article L 152-6 de la loi bioéthique stipule que le recours au tiers donneur ne peut être exercé que « comme ultime indication lorsque la procréation médicalement assistée à l'intérieur du couple ne peut aboutir ».

Sur le plan médical, les indications sont de deux ordres selon le caractère fonctionnel ou non des ovaires de la receveuse potentielle.

 

L'ANALYSE DES ÉTIOLOGIES MONTRE QUE :

  • les femmes souffrant d'une insuffisance ovarienne prématurée représentent 52,4 % des indications dont 26,3 % de ménopauses précoces dites idiopathiques, 27,7 % d'insuffisances ovariennes post-thérapeutiques (après chirurgie et/ou radiothérapie et/ou chimiothérapie), 17 % présentant un syndrome de Turner et 29 ayant eu une aménorrhée primaire ou primo secondaire d'origine gonadique en dehors des étiologies connues précitées ;
  • les causes génétiques comprennent les anomalies comportant le risque de transmission d'une affection invalidante inaccessible à un diagnostic anténatal ;
  • enfin, les indications pour échec de fécondation in vitro sont en augmentation constante.
  • Les situations d'anomalies ovocytaires, de non fécondation, voire d'échecs répétés et inexpliqués d'implantation sont également étudiées au cas par cas.

     

    LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE

  • Le couple receveur doit être en âge de procréer et signer un consentement au don rendant la filiation incontestable devant le président du tribunal de grande instance de leur choix ou son délégué, ou devant notaire.
  • La donneuse fait partie d’un couple ayant déjà procréé et effectue son don de façon gratuite et anonyme : donneuse et receveuse ne peuvent en aucune manière connaître leurs identités respectives.
  • Le don d'ovocytes s'effectue dans des organismes autorisés sous la responsabilité de médecins agréés.

  •  

    LES PROBLÈMES DU DON D'OVOCYTES EN FRANCE

    On peut relever :
  • la difficulté du recrutement des donneuses ;
  • la limite supérieure d'âge pour l'inscription des couples ;
  • le retentissement de la « quarantaine » de six mois obligatoire avec congélation des embryons issus de don d'ovocytes ;
  • la connaissance des indications et l'évaluation des risques obstétricaux et psychologiques.